[vc_message color= »success »]L’objet de cette critique ne peut pas être spoilé, lisez en toute tranquillité d’âme ![/vc_message]

[vc_message color= »info »]Attention, cette critique est purement subjective et ne concerne que le point de vue de l’auteur comme chaque critique disponible sur Erreur42.[/vc_message]

En Mars 1937 s’éteignait Howard Phillip Lovecraft, éminent auteur Fantastique Américain et figure incontournable de la culture pop et source d’inspiration de très nombreux artistes modernes tels que Guillermo Del Toro, Alan Moore, John Carpenter, Druillet ou Stephen King. 80 ans plus tard, en Mars 2017, Les Indépendants de l’Imaginaire, un collectif de maisons d’édition décide de rendre hommage à ce personnage en lançant l’événement « Lovecraft à l’honneur », qui permit de formidables publications autour de l’ermite de Providence et une mise en avant de son œuvre et de ses dérivées dans les rayons des librairies les plus sympathiques.

C’est sur un des ouvrages publié à cette occasion que nous allons nous attarder aujourd’hui : la monographie Lovecraft : Au cœur du cauchemar chez ActuSF, une compilation d’articles, d’entretiens, de correspondances… qui a pour objectif de nous en apprendre un maximum sur l’homme qu’était H.P. Lovecraft, son œuvre et l’influence qu’elle a eu. Cet ouvrage a vu le jour grâce à un crowdfunding sur Ulule qui a permis de lever 27 298 €, soit 545% de l’objectif de base, et à laquelle votre serviteur avait participé.

Avant même d’ouvrir le livre, nous devons constater que nous sommes là face à un très bel objet. Une jaquette à rabats ornée d’une illustration de Ryohei Hase représentant Lovecraft et une créature tentaculaire recouvre une couverture toilée mauve très élégante. Au dos, sur et sous la jaquette, une citation de l’Appel de Cthulhu « N’est pas mort ce qui à jamais dort… » du plus bel effet.

Le livre a un drôle de format : presque carré et plutôt épais (21,7 x 3,8 x 18 cm).  C’est un moyen format, entre la poche et le « gros livre ». Ça semble être un détail mais ça rend la monographie plutôt transportable et on se retrouve vite à l’avoir sous le bras 24h/24, où qu’on aille. C’est la garantie qu’elle ne prendra pas la poussière sur une étagère pour ne jamais être lu, et c’est un bon point !


Je ne vais pas y aller par quatre chemins : nous sommes face à un ouvrage absolument formidable. Une trentaine d’articles et d’interviews dressent un portrait de l’homme qu’était Lovecraft tout en proposant diverses interprétations de son œuvre et en faisant le point sur son influence tentaculaire sur la pop culture et le monde artistique. D’un dossier très détaillé sur la relation entre Lovecraft et Robert E. Howard (créateur de Conan) à des points sur Lovecraft en Bande-Dessinée ou au cinéma, en passant par un article passionnant de David Camus sur la lourde tâche de traduire Lovecraft, le spectre des thèmes abordés est vaste et on est sans doute face à l’une des études les plus complètes qu’il m’ait été donné de voir. Mention spéciales aux extraits de la correspondance entre Robert E Howard et H.P. Lovecraft qui sont ici traduits par Patrice Louinet, auteur du merveilleux « Guide Howard », c’est tout simplement captivant et ça donne envie de le soutenir dans son projet d’en faire tout un ouvrage.

L’intérêt des articles varie évidemment, certains (plus triviaux) sembleront un peu indigestes comme l’histoire éditoriale de Lovecraft ou « Les lieux et Lovecraft » mais ce sont des passages obligés et leur absence se serait faite sentir. De plus d’autres articles, d’une précision et d’un intérêt incroyable nous font vite oublier ces quelques lourdeurs au sommaire.

On y trouve également des illustrations d’artistes talentueux (Philippe Caza, Zariel, etc…) qui atténuent l’austérité de la monographie, mais aussi des strips de Goomi, dessinateur parodique bien connu des fans de Lovecraft et qui est toujours aussi amusant. Cependant, pour ce qui des illustrations, le livre pâtit de son format réduit qui ne nous permet pas d’en profiter pleinement.

On reste cependant face à un ouvrage très dense et détaillé qui s’adresse essentiellement, si ce n’est exclusivement, à des passionnés de Lovecraft, qui ont une bonne connaissance de son œuvre et font preuve d’une réelle curiosité à l’égard de ses extensions. Les amateurs  risquent de ne pas y trouver leur compte et cet ouvrage n’est clairement pas destiné à faire découvrir Lovecraft aux néophytes. Imprimé en petit caractères et illustré sobrement, ne vous y trompez pas, ce n’est pas un livre à feuilleter distraitement devant la TV.

La monographie Lovecraft : au cœur du cauchemar est un ouvrage d’une indicible richesse, une étude dont l’exhaustivité et la précision resteront sans aucun doute longuement inégalés.  Pour 30€ ce livre mérite sa place dans la bibliothèque de n’importe quel amateur de l’ermite de Providence tant la remise au gout du jour de l’analyse Lovecraftienne est pertinente et indispensable. J’irais peut-être même jusqu’à dire qu’il est raisonnable de découvrir Lovecraft pour ensuite se jeter sur cette étude… Et aussi parce que c’est un auteur de génie.

PARTAGER
Article précédentOn a vu (et aimé) American Gods
Article suivantLes 5 films à voir en Mai
Gentleman extraordinaire, auteur pulp mais pas terrible et, de par ces contrées, éditeur et rédacteur spécialiste littérature (BD, romans, comics, etc) et chroniqueur. Particulièrement épris de Science-Fiction, d'heroic fantasy, de ciné (surtout asiatique) et de moult autres trucs... Et comme le disait Salvador Allende : "Netflix and Chile libre !"