[vc_message color= »success »]Cet article est garanti 100% sans spoiler ![/vc_message]

[vc_message color= »info »]Attention, cette critique est purement subjective et ne concerne que le point de vue de l’auteur comme chaque critique disponible sur Erreur42.[/vc_message]

On ne présente plus Clint Eastwood, d’immense acteur à immense réalisateur il se place comme l’une des personnalités la plus influente et plus marquante du cinéma de ces 50 dernières années.

Son dernier film, American Sniper, malgré ses nombreuses polémiques avait été plus que plébiscité par le public et avait été un véritable succès en salles. Clint Eastwood revient cette année avec Sully (on se souvient de l’époque ou Gran Torino devait être son dernier film), alors, le film est-il à la hauteur de ses derniers films ? Ou Eastwood est-il en déclin ?

Le 15 janvier 2009, le monde a assisté au « miracle sur l’Hudson » accompli par le commandant « Sully » Sullenberger (joué par Tom Hanks) : en effet, celui-ci a réussi à poser son appareil sur les eaux glacées du fleuve Hudson, sauvant ainsi la vie des 155 passagers à bord. Cependant, alors que Sully était salué par l’opinion publique et les médias pour son exploit inédit dans l’histoire de l’aviation, une enquête a été ouverte, menaçant de détruire sa réputation et sa carrière.

Ici votre commandant de bord…

Le film est avant tout une performance d’acteur. Comme souvent Tom Hanks est remarquable derrière les traits d’un commandant vieillissant, loin de se considérer en héros, cherchant juste à tirer un trait sur son « exploit » et a reprendre le travail au plus vite: Sully. Ce commandant de bord si… « normal » et du fait si attachant correspond à la perfection à Tom Hanks, mais la performance mise de coté le film parait beaucoup plus complexe qu’au premier abord… Il est intéressant de noter que c’est la première collaboration entre Tom Hanks et Clint Eastwood, qui à eux deux ont tourné plus de 200 films !

Clint Eastwood est patriote et il aime le faire ressentir à travers ses films, mais il a un regard extrêmement critique sur la société américaine et particulièrement la société actuelle. Si bien que ce sujet revient de plus en plus souvent dans ses films depuis quelques années. Gran Torino, en dehors de son message sur la tolérance, critique ouvertement « l’abandon » d’une partie de la population par l’Etat américain. Et Sully est à nouveau une critique, cette fois ci non pas de l’Etat directement, mais grosses compagnies américaines qui délaissent l’humain au profit… du profit. En effet Eastwood place ici la compagnie aérienne où travail Sully en véritable monstre, les enquêteurs sont montrés comme des gens « inhumains » dont leur seul but est de prouver le tort du commandant de bord (pour des questions d’assurance, bien entendu)


sullytomhanks
Tom Hanks et Aaron Eckhart

… Préparez-vous à l’impact

En choisissant de traiter l’enquête « post-crash » Eastwood décide de mettre en avant, comme à son habitude, des héros méconnus du quotidien et plus spécifiquement leur période de trouble lié à l’événement qui les ont rendus célèbre.

Là où dans Flight de Zemeckis, le pilote était mis en tort pour sa consommation d’alcool lors du vol, ici le commandant est mis en tort seulement pour sa décision « d’amerrir » sur l’Hudson. Et c’est véritablement le fait que ce commandant n’ai rien à se reprocher, au contraire plus qu’il a sauvé 152 vies, qui a convaincu Eastwood pour ce film, comme il l’explique:

le véritable enjeu s’est manifesté dès lors que la commission d’enquête a mis en cause ses décisions bien qu’il ait sauvé tant de vies humaines

Mais ce héros « ordinaire » est donc traité de manière très sobre: la réalisation est plus que classique, sans fulgurance, humble… pour laisser toute la place au courage du commandant. C’est malheureusement ce choix qui fait de Sully un film non pas mauvais mais plutôt lisse dans sa réalisation.

sullytomhanksclinteastwood
Tom Hanks et Clint Eastwood

208 secondes

Le film s’ouvre sur une scène catastrophe: l’avion s’écrasant sur un building en plein New York. L’ombre du 11 Septembre plane en effet sur la totalité du film et le parti pris est ici de vivre un « miracle » de l’aviation. Différents points de vue s’opposent, et si au début ce choix parait judicieux au 5ème visionnage du crash une certaine lassitude se met en place. Ce choix du crash sous tous ses angles ne laisse au final qu’une petit place au procès et c’est bien dommage, en effet pour les fans de Breaking Bad vous retrouverez Anna Gun (la femme de Walter White dans la série) en enquêtrice déterminée et chez Erreur42 on aurait aimé la voir d’avantage !

Sully n’est pas un mauvais film, loin de là, c’est un bon film. Mais les choix faits par Clint Eastwood parleront plus à certains qu’à d’autre. Il nous montre une fois de plus l’héroïsme américain dans sa forme la plus simple et pourtant la plus primordiale, à travers un Tom Hanks, comme à son habitude, excellent dans un rôle qui semble taillé sur mesure. On aurait aimé plus de prise de risques de la part d’un réalisateur qui n’a plus rien a prouvé mais le choix d’être « humble » dans la réalisation semble le plus adapté à ce miracle d’1h36, a voir donc !

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de