[vc_message color= »success »]Cette critique est garantie 100% sans spoiler ![/vc_message]

[vc_message color= »info »]Attention, cette critique est purement subjective et ne concerne que le point de vue de l’auteur comme chaque critique sur Erreur42.[/vc_message]

Lors de l’annonce d’un remake du légendaire « 7 Mercenaires » de John Sturges les réactions étaient… mitigées. Et c’est plutôt compréhensible, les remakes inutiles s’enchaînent et se ressemblent, sans nouveautés ni prises de risques. Mais avec Antoine Fuqua derrière la caméra et un tel casting (Denzel Washington, Ethan Hawke, Vincent d’Onofrio, Chris Pratt…) ce remake a pris une toute autre tournure. Alors pari réussi ou énième remake nauséabond ?

Synopsis

L’industriel Bartholomew Bogue (Peter Sarsgaard) règne en maître sur la petite ville de Rose Creek. Pour mettre fin à la dictature de l’homme d’affaires, les habitants, désespérés, engagent sept hors-la-loi, chasseurs de primes, joueurs et tueurs à gages. Alors qu’ils se préparent pour ce qui s’annonce comme une confrontation sans pitié, ces sept mercenaires prennent conscience qu’ils se battent pour bien autre chose que l’argent…

Les 7 Mercenaires, Version 2016

Jusqu’ici tout va bien

Commençons par la base même d’un film: son scénario. En effet c’est souvent le principal reproche que l’on peut faire à un remake, mais c’est aussi la plus grande difficulté que doit surmonter le réalisateur: réussir à garder l’ambiance et la trame du film original tout en apportant sa touche personnelle et ses problématiques nouvelles. C’est en faisant cela qu’il dépasse la simple « mise à jour » pour créer une oeuvre à part entière et unique en tant que telle.

Et même si les 7 Mercenaires de Fuqua n’entrera sûrement pas au panthéon des films de western il aborde néanmoins des  thématiques nouvelles et intéressantes: le capitalisme, la religion, la conquête territoriale, le racisme et même la notion d’ancien combattant.

Malheureusement le film n’essaye a aucun moment de creuser, ne serait-ce qu’un sujet, en profondeur et reste terriblement en surface. C’est compréhensible: il est effectivement compliqué dans un film d’action de 2h10 de s’attarder sur des sujets sérieux et complexes, qui demanderaient un développement poussé. Mais approfondir un sujet (la religion par exemple, qui reste malgré tout bien présente dans le film) aurait permis d’ancrer un peu plus le film dans un monde plus sombre, réaliste et complexe.


Le travail sur la lumière est assez impressionnant

L’Union fait la force

Mais soyons honnête, le scénario du « 7 Mercenaires » de Sturges n’est pas extraordinairement original et complexe. Ce qui en fait un classique du genre c’est en grande partie son casting de rêve (Steve McQueen, Yules Brynner… de véritables stars à l’époque).

Il faut donc bien l’avouer, on retrouve également un casting assez exceptionnel dans ce « 7 Mercenaires » version 2016 : Denzel Washington, Ethan Hawke, Vincent d’Onofrio et Chris Pratt en tête d’affiche. Mais la plus grande réussite de ce casting 5 étoiles est la véritable alchimie entre les 7, là ou dans l’original l’amitié McQueen / Brynner était mise en avant ici nos protagonistes sont, quasiment, à parts égales (Denzel Washington étant le chef, il est bien sûr plus mis en avant que les autres). Ce qui permet à Fuqua de développer individuellement chacun de ses caractères.

Ethan Hawke in Metro-Goldwyn-Mayer Pictures and Columbia Pictures' THE MAGNIFICENT SEVEN.
Ethan Hawke dans le rôle de l’ancien combattant

Un blockbuster avant tout

Mais les « 7 Mercenaires » de Fuqua c’est avant tout un blockbuster dans les règles de l’art, et après un été catastrophique pour les grosses productions américaines il se présente en véritable sauveur du genre.

Tous les codes du genre sont là: action, explosions, scènes de gunfights ahurissantes, punchline, humour… et l’ensemble est plus qu’efficace ! Pas de répit pour le spectateur pendant 2h10, le tout s’enchaîne et se combine parfaitement pour donner un blockbuster jouissif et divertissant.

Ce remake du cultissime 7 Mercenaires par Antoine Fuqua s’impose comme un blockbuster jouissif et survitaminé. Sans pour autant pouvoir rivaliser avec l’original il apporte des problématiques nouvelles et intéressantes. Son casting 5 étoiles et cette véritable alchimie entre les personnages nous entraînent pendant 2h10 d’un « western blockbuster » dopées aux explosions et aux lens flare. Les amateurs de westerns et de films d’actions y trouveront leur compte !

NOS NOTES ...
Acteurs
80 %
Réalisation
70 %
Bande Originale
70 %
Scénario
60 %
Article précédentReportage – Festival Court Métrange
Article suivantReportage – La Nuit du Fantastique
J'aime le cinéma mais plus encore les Blues Brothers et Jake Gyllenhaal. Fondateur du site mais également étudiant en école de cinéma

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de