CET ARTICLE EST GARANTI 100% SANS SPOILER

Avec Le Monde est à toi Romain Gavras, habitué du clip et de la publicité, signe son deuxième film au casting impressionnant : Vincent Cassel, Isabelle Adjani, Benoît Poelvoorde ou encore Philippe Katherine partagent la vedette avec deux jeunes acteurs, Karim Leklou et Oulaya Amamra… Véritable ovni dans la comédie française actuelle sa réputation de bol d’air frais est elle vraiment méritée ?

François, petit dealer, a un rêve : devenir le distributeur officiel de Mr Freeze au Maghreb. Cette vie, qu’il convoite tant, vole en éclat quand il apprend que Dany, sa mère, a dépensé toutes ses économies.
Poutine, le caïd lunatique de la cité propose à François un plan en Espagne pour se refaire. Mais quand tout son entourage : Lamya son amour de jeunesse, Henri un ancien beau-père à la ramasse tout juste sorti de prison, les deux jeunes Mohamed complotistes et sa mère chef d’un gang de femmes pickpockets, s’en mêle, rien ne va se passer comme prévu !

Huit ans après son premier film, Notre jour viendra, Romain Gavras signe un retour remarqué sur la croisette avec une comédie complètement barrée : le film s’assume en tant que tel et emporte le spectateur dans un délire pop partant des cités des banlieues parisiennes pour se terminer dans une station balnéaire espagnole après un voyage déroutant d’une heure et demie. En exploitant toujours plus son postulat de départ le film évite tous les problèmes qu’engendrent ce genre de projets pour accepter et embrasser son statut de comédie « grand public ». Malgré cela Romain Gavras y insuffle des références pop à foison transformant le film en fonction du niveau de lecture du spectateur

Là où Le Monde est à toi tire son épingle du jeu c’est également visuellement : en effet l’expérience de Romain Gavras dans la réalisation de clip inonde tous les plans du film (difficile de ne pas penser à celui de Gosh de Jamie xx lorsqu’on survole les tours de Lloret de Mar…). Tout ce travail dans la lumière et la composition des plans avait besoin d’un casting cohérent pour occuper ces espaces, ce qui n’est absolument pas le cas : difficile de voir de la cohérence entre Vincent Cassel, Isabelle Adjani, Benoît Poelvoorde et Philippe Katherine, mais c’est justement de ce casting que le film tire sa plus grande source de comique. Un casting incohérent mais crédible, on regrettera cependant certains écarts de niveau de jeu, particulièrement entre Karim Leklou et Oulaya Amamra, dommage…

La dernière force du film n’est pas des moindres : sa bande originale, passant de JUL à Alain Souchon, de PNL à Daniel Balavoine, de Booba à Laurent Voulzy… Et s’il est difficilement concevable d’y voir un choix réfléchi en amont, une fois dans le film ces titres font sens et sont vecteurs de comique, une nouvelle fois : incohérences crédibles…

Le Monde est à toi n’a pas volé sa réputation de comédie déjantée, assumée pop et référencée. Une alchimie certaine ressort de son casting incohérent créant une attache émotionnelle improbable mais bien présente, portée par une bande originale qui l’est tout autant. Visuellement travaillé et bien écrit, le dernier film de Romain Gavras marque l’arrivée d’une nouvelle génération de cinéastes qui comptent bien dynamiter les préconçus que l’on peut avoir sur le cinéma français et l’on ne peut que l’encourager dans cette voie…


NOS NOTES ...
Bande Originale
Réalisation
Visuels
Actorat
Scénario
PARTAGER
Article précédentCannes 2018 : le palmarès de l’équipe
Article suivantCritique de Solo : a Star Wars story, service minimum
J'aime le cinéma mais plus encore les Blues Brothers et Jake Gyllenhaal. Fondateur du site mais également étudiant en école de cinéma