CET ARTICLE EST GARANTI 100% SANS SPOILER

Présenté au Festival de Deauville après avoir créé la surprise aux Etats Unis, le phénomène RBG arrive en France. Véritable figure de proue du féminisme, le juge Ruth Bader Ginsburg s’est récemment transformée en icone de la pop culture. Un regain de popularité qui a entraîné un regard nouveau de toute une génération engagée sur celle qui a fait tant pour transformer lois et mentalités.

Comment présenter cette femme forte et atypique ? Couvrir son histoire et ses avancées si chargées ? Trouver une résonance dans l’époque où nous vivons ? Des défis qui n’ont pas arrêtés Betsy West et Julie Cohen, productrices et réalisatrices engagées déjà à l’oeuvre sur de nombreux documentaires.

A 85 ans, RUTH BADER GINSBURG, est devenue une icône de la pop culture . Juge à la cour suprême des Etats-Unis, elle a construit un incroyable héritage juridique. Guerrière, elle s’est battue pour l’égalité hommes/femmes, et toutes formes de discrimination. Son aura transgénérationnelle dépasse tous les clivages, elle est aujourd’hui l’une des femmes les plus influentes au monde et le dernier rempart anti-Trump. Betsy West et Julie Cohen nous font découvrir la fascinante vie de celle que l’on nomme désormais « Notorious RBG »

Pop-juge

Le genre du documentaire à toujours su évoluer, se moderniser et se placer en avant garde du cinéma fictionnel. Ses sujets, ses montages et ses narrations ont toujours fait figures de proue. RBG à en lui le bagage de tous les plus grands documentaires, journalistiques ou non, et sait exactement à quelle audience il s’adresse et pourquoi. Avec ce portrait en épisodes marquants de la vie de Ruth Bader Ginsburg, Betsy West et Julie Cohen font de ce documentaire celui d’une femme forte et actuelle. En le chapitrant, elles lui donnent son rythme de croisière, sans aucun temps mort, ne gardant que l’essentiel pour l’histoire comme pour le spectateur.

Entrecoupé d’interviews et de phrases fortes de RBG et ses proches, le documentaire gagne en crédibilité en s’intéressant également à ce qui pourrait être contradictoire pour la juge Ginsburg. C’en est justement l’exact opposé : la méthode de Ruth Bader Ginsburg a toujours été le dialogue, d’autant plus avec ce qu’on appellerait facilement « l’ennemi ». En basant le documentaire sur l’ouverture à la discussion de la juge, sur sa détermination à toute épreuve, le film transcende son sujet dans la forme comme sur le fond. En accordant tant d’importance à son combat qui se joue sur la durée et non dans l’instant, RBG transporte et émeut le spectateur qui se retrouve au cœur de l’injustice et du combat pour l’égalité qui lui importe tant.

À l’instar des « femmes de l’ombre », le documentaire trace également les traits de Martin D. Ginsburg, mari dévoué et touchant de bienveillance qui aura su s’effacer pour laisser sa femme devenir ce qu’elle est aujourd’hui.


En abordant un tel sujet sous un angle bienveillant envers les détracteurs mêmes de RBG, Julie Cohen et Betsy West nous offrent un documentaire passionnant et intelligent. Prônant le dialogue et l’écoute. Ne cherchant pas à simplement indigner le spectateur mais bien à l’impliquer durablement dans un combat qui dépassera la vie de Ruth Bader Ginsburg mais dont elle est, sans aucun doute, la pierre angulaire.