Parfois les frontières entre la fiction et la réalité sont très fines. Parfois la réalité inspire la fiction. Et parfois c’est plus flou. Aujourd’hui nous allons parler d’un des cas ou la situation est assez ambiguë. Laissez moi vous présenter « Le Culte Goules« ; un ouvrage inventé par l’auteur H.P. Lovecraft avec l’aide de son ami Robert Bloch, l’auteur du roman « Psychose », ayant inspiré le film éponyme. Ce livre, comme le Necronomicon, raconte l’histoire du Mythe de Cthulhu et des grands anciens. Il aurait été écrit par le comte d’Erlette; un aristocrate français condamné par l’église pour sa pratique de la magie noire et du cannibalisme. Il raconterait l’histoire des goules, des créatures que l’on rencontre dans les contes des « Milles et une nuits« . Elles seraient des esprits ayant juré allégeance au mal et se nourrissant des morts dans les cimetières et des voyageurs  égarés dans le  désert. Lovecraft, friand de créatures répugnantes et dangereuses les a bien sur récupérées dans ses nouvelles. Elles prendraient, pendant un temps limité, l’apparence, les souvenirs et la personnalité des personnes qu’elles auraient dévorées et transformeraient en goules ceux qui les fréquenteraient trop. A vrai dire la goule chez Lovecraft a surtout été développée par les créateurs  du jeu de rôle papier « L’Appel de Cthulhu« .

« Le Culte des Goule » serait un livre rassemblant plusieurs rituels permettant de vénérer les goules, les invoquer et les contrôler. Bien entendu ce livre est fictif. Mais l’est-il réellement ? En effet en allant dans les bonnes boutiques ou en cherchant sur les bons sites web ou peut trouver une version de ce livre sous le titre de « Culte des goules: traité sur la servitude des âmes, ses rites et cause et comment en user« . Là ou çà devient inquiétant c’est que là ou le nom de l’auteur est habituellement écrit le nom de l’auteur, on peut lire « Comte d’Erlette« . Mais alors tout serait donc vrai? Je vais d’abord présenter le livre et son contenu avant de dévoiler les clés du mystère. C’est un bel objet, dans de grandes dimensions et très agréable à lire. Le papier est épais et de bonne qualité. La couverture est cartonnée dans une imitation de reliure en cuire et illustrée d’un médaillon.

Après la préface introduisant le lecteur à l’histoire du livre, on peut lire une citation de « La divine comédie » de Dante: « Lasciate ogni speranza, voi ch’entrate » ou « Vous qui pénétrez là, abandonnez tout espoir ». Les pages sont teintées pour être vieillies et le livre est joliment illustré (façon de parler puisque les illustrations sont souvent morbides).

Les chapitres s’enchaînent faisant l’inventaire de cultes et de pratiques ésotériques fictives et réels autour du monde pouvant se rapprocher du culte des goules. La langue est agréable et fluide mais l’écriture (particulièrement les « s » à l’ancienne) rendent la lecture moins fluide. On y trouve une abondance d’informations sur les mythologies Lovecraftiennes mais aussi sur de vrais cultes et légendes ayant existé comme le mitriasme par exemple. Mais la partie la partie la plus appréciable à mes yeux est l’inventaire total des entités cosmiques et des divinités chez Lovecraft, ayant toutes une histoire derrière elles. C’est donc un ouvrage intéressant pour ceux voulant  entrer en profondeur dans l’univers de Lovecraft et connaitre tout le « background »

Bon il est temps de lever le voile. en effet ce texte a été écrit par Antoine Téchenet. Et c’est tout. La version officielle voudrait qu’il se soit retrouvé en possession d’un ouvrage relié en peau humaine et aux pages couvertes de taches de sang et qu’il l’aurait retranscrit en anglais moderne pour l’envoyer à l’éditeur Mnemos. Cependant il est plus qu’improbable qu’une seule de ces lignes soit vrai. La vérité semble que ce soit simplement des fans de Lovecraft et de jeux de rôles qui ont rédigé et présenté ce fac-similé. Ça reste un excellent livre très intéressant qui, pour les 25 euros qu’il vaut en librairie, ça vaut le coup. En tout cas les correspondance entre Lovecraft, Robert Bloch et l’auteur August Derleth montre que le comte d’Erlette est bien une invention des trois amis.


1
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Marcel Trucmuche Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Marcel Trucmuche
Invité

Je savais que Bloch avait créé le « De vermiis Mysteriis », mais j’ignorais qu’il avait participé à l’élaboration du « Culte des goules ». Merci du tuyau. Bien sûr, il faut décoder D’Erlette = Derleth, qui a été le premier éditeur de l’oeuvre de Lovecraft, en créant avec Donald Wandrei la maison d’éditions « Arkham House ». Tout comme Poe avec Baudelaire, c’est la découverte des ouvrages publiés par Derleth par le français Jacques Bergier qui a relancé, après un succès français puis européen, la renommée outre-atlantique de Lovecraft. Derleth, surnommé affectueusement par HPL « le gamin », et bien qu’auteur sans grand talent, n’était pas cependant… Lire la suite »