Aujourd’hui, nous nous préparons pour un long voyage. Un voyage au delà des frontières du rationnel. un voyage à travers ce que l’humanité a connu de plus sale et de plus répugnant. Aujourd’hui, nous entamons un voyage… dans les années 90.

220px-Ebola-syndrome-posterC’est à Hong-Kong, au sud de la chine, que commence notre incroyable histoire; au moment où le gouvernement décide de classer les films en catégories. Parmi ces catégories, la catégorie 3 est un peu la sœur que papa a fait avec tante Suzette quand ils étaient ados et qui, étant elle même ados, surprendras papa et maman au lit avec la voisine,le papy solitaire du bout de la rue et la fille du voisin d’en face. Elle est peut être même assez dégénérée pour demander à les rejoindre (cette anaphore est trop longue mais je sais pas comment m’arrêter). Plus tard elle sera tellement anti-conformiste qu’elle se mariera avec  un transsexuel et gagnera sa vie en vendant une nouvelle drogue à base de foi de lapin et de zob de taureau broyé sur le marché noir.

Tout ça pour dire que les films de cette catégorie était les plus crades. On considérait que s’il y avait eu un peu plus de gore ou un peu plus de sexe, ils auraient été soit interdits, soit censurés, soit classés X. Cette décision vient sans doute du fait que c’est au début des années 90 que la république populaire de chine s’ouvre aux échanges internationaux. Hong-Kong étant la capitale chinoise du cinéma chinois (dans votre cul les fans de Shanghai), les dirigeants ne voulaient pas que les étrangers se fasse une idée faussée de leur culture. Cependant, dans cette tentative de rendre ces films confidentiels, les académies ont créées un public. De fieffés pervers qui se sont mis à rechercher les films estampillés catégorie 3. Et aujourd’hui on est là pour parler de mon préféré (et surtout d’un des seuls à avoir atteint la France): Ebola Syndrome.

Herman Yau

Ebola Syndrome est sorti en Juin 1996. Il est réalisé par Herman Yau et produit par Wong Jin(réalisateur de Nickie Larson et Future Cops (on en parlera plus tard)). Ce film est couramment considéré comme un remake de The Untold Story du même réalisateur. Le personnage principal est incarné par Anthony Wong Chau-Sang qui est un des meilleurs acteurs Hongkongais des années 90 et qui jouait le personnage de Curtis dans The Mission de Johnnie To (oui c’est de là que vient la deuxième partie de mon pseudo). Que ce soit clair; ce film n’est pas à mettre entre toutes les mains; et cet article non plus.Il est quand même sorti en France, directement en DVD et passe encore des fois sur Arte à 3h du matin.

Pour quelques précisions, Ebola Syndrome sort en 1996 soit un an avant Final Fantasy 7 (rien à voir mais ça situe dans le temps tu vois). C’est également l’année de sortie de Mars Attack, Fargo et du Bossu de Notre Dame de Walt Disney. Les BD Bob Moran sont hyper à la mode, les ados rebelles se mettent à écouter du grunge, Sega et Nintendo enchaînent les flops commerciaux face à la Playstation et x-files fait un carton aux Etats-Unis.

Anthony Wong

Donc Ebola Syndrome raconte l’histoire de Kai (Anthony Wong). Kai est un charmant jeune homme; mais Kai a un petit problème, un problème mineur mais un peu chiant quand même: c’est un obsédé sexuel qui adore tuer et violer des gens. Un jour alors que son patron le surprend au lit avec sa femme, il décide de lui couper son engin (à Kai hein pas à la femme). Kai tue donc son patron et ses deux acolytes sous les yeux d’une petite fille alors que le montage sous entend qu’il lui a aussi fait des trucs. Comme un triple homicide en plein Hong-Kong c’est pas très discret, notre héros du jour décide de s’exiler en Afrique du Sud ou il devient serveur dans un resto chinois. Là bas son patron l’exploite, la femme de ce dernier le maltraite et ses collègues se payent sa tête. Un jour, alors qu’il va acheter de la viande à prix réduits chez une tribu du fin fond de la cambrousse, notre héros tombe sur le corps d’une jeune femme visiblement très malade et à l’article de la mort. Kai à donc la réaction la plus saine et la plus humaine de l’histoire: ni une ni deux il baisse son pantalon et fornique avec elle. Quelque jour plus tard, un médecin lui annonce qu’il est atteint du virus Ebola, qui occupait déjà une place de choix dans l’actualité de l’époque. Et puis il en a marre, tue son patron en le décapitant avec une chaise pliante, viole sa femme, la tue te la re-violle et fait un massacre de pleins d’autres gens là-bas. Puis il découpe tous ces bouts de viandes sur lesquels il a craché pissé,etc et en fait des burgers qu’il vent aux clients le lendemain. Il retourne à Hong-Kong, couche avec des filles de joie sans capotes, sors dans la rue, crache sur les gens, urine sur des enfants, etc…

Le film est vraiment très sale. Il est très gore, très poisseux, très violent et très plein d’autre trucs pas cools. C’est, en plus, d’un gore réaliste et pas du tout drôle. C’est vraiment marquant, dérangeant, troublant et je peux vous assurer que vous n’en sortirez pas indemnes. C’est pourquoi je vous le déconseille fortement, surtout si vous êtes de ceux qui trouvent que Game Of Throne c’est vachement extrême. Plus rien ne vous dégouttera plus après ça. Mais si vous êtes un puriste du cinéma chinois et que vous voulez toucher à tout, alors là faites vous plaisir. Et si vous pensez que c’est tranquille, que je vous ais tout dit et que sans la surprise ça vaut plus rien, détrompez vous… Je ne vous ais rien dit.

Mais comme je suis un sombre connard, je vous mets quand même la vidéos 😀 Mouhahahahahahahahahaha!!!!!


Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de