Il était une fois, un vendredi au soir, un cinéphile chargé de son petit plaid, de gâteaux et de sucettes goût orange mais surtout d’énormes canettes d’energy drink pour tenir toute la soirée. Parce que tenir 8 heures sans s’endormir, surtout après une longue semaine de travail, c’est plutôt compliqué.

22 heures, ouverture des portes. Une euphorie générale submerge l’audience présente devant la salle.

La Nuit du Fantastique c’est la première soirée du festival Court-Métrange: 8 heures dans une salle du cinéma de Rennes, avec 2 longs-métrages, une sélection de courts-métrages complètements What the Fuck entrecoupés de petites animations et jeux pleins d’humour.

Premier long-métrage de la soirée : Mr.Tusk. Un film pour le moins what de phoque, enfin presque, puisque tout tourne autour d’un morse. Oui, un morse. Et quoi de mieux qu’un petit « Il va faire tout noir » avec une réponse très connue de tous, au point que tout le public la hurle, pour mettre dans l’ambiance.

Mr. Tusk, c’est l’histoire d’un jeune podcasteur américain se retrouvant au Canada pour l’interview d’un jeune adolescent. Ce jeune adolescent s’étant auto mutilé une jambe en imitant Kill Bill. Manque de chance, il se suicide, en imitant encore une fois Kill Bill.

Au final, il se retrouve chez une personne agée qui conte des histoires incroyables. Sauf que ce petit monsieur en fauteuil roulant est un psychopathe voulant transformer une personne en phoque. Oui un phoque. Ne cherchez pas à comprendre. Un film vraiment très drôle tellement il est absurde.

Une petite pause bien méritée pour se remettre de ce premier film tordant. La petite sucette, un ptit coup d’energy drink et on est reparti !


Cette année, le festival propose au public de voter pour le meilleur court métrage de la sélection de la soirée.

Pour ma part, je suis plutôt déçu des courts-métrages proposés, n’ayant aimé que deux sur les six. Après, vous, lecteurs habitués à mes chroniques du Cinésériephile Haters, vous savez que je suis quelqu’un de très difficile.

Des licornes du turfu, un breton dans un camping car de l’espace, un chat tueur de nazis, un poisson aimant les parties intimes de femmes et d’autres choses complètement dafuq. Des courts-métrages vraiment dafuq. Il n’y a pas d’autre mot.
14440643_903024483162812_7478344448877845891_n

Merci à l’équipe du festival pour cette petite photo avec les noms des courts-métrages !

Le vainqueur, et mon préféré, Aquabike, est l’histoire d’une charmante demoiselle, qui lors de son enfance, est traumatisée par un poisson rentré dans son orifice sexuelle (pour rester soft). Elle a une peur bleue de se baigner. Son amie décide de l’emmener voir un spécialiste de la peur de l’eau afin de résoudre son problème psychologique. Et tout bascule à ce moment. Des dialogues à mourir de rire, des plans vraiment bien réalisés. En même temps, quand on a les fonds grâce à Canal +, c’est tout de suite plus facile. Si vous avez le temps, non en fait, vous devez regarder Aquabike, c’est juste trop bien

4 heures du matin, second long-métrage et dernier visionnage de la nuit. Starship Trooper. Un film cultisme de 1997 que beaucoup d’entre vous doivent avoir déjà vu. Il a été très compliqué de rester éveillé pour ne pas vous mentir. J’avais déjà vu le film et il ne m’avait pas vraiment laissé bonne impression. Même si tout le côté propagande caricaturale est toujours aussi drôle et réussi.

6 heures, en grand warrior que je suis, j’ai eu l’heureuse surprise de me rendre compte que oui, j’avais réussi à passer la nuit sans m’endormir.

Une très bonne soirée dans l’ensemble, avec une équipe qui met tout de suite l’ambiance dans la salle et donc un public vraiment amusé. Tant d’éloges en une seule phrase m’étonne presque me connaissant, mais cette Nuit du Fantastique (première édition pour ma part) est une très bonne expérience, c’est donc à refaire !

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de