Portrait de Jack Kirby

Bienvenue dans ce nouvel épisode de Tellement beau que c’en est gênant, la chronique qui s’attarde sur un dessinateur à travers une sélection de ses œuvres.

Aujourd’hui il va être question d’un dessinateur absolument fondateur du monde des comic books, le véritable génie derrière Marvel (Stan Lee est un escroc), je veux bien sûr parler de Jack Kirby !

Brève Biographie et Histoire Editoriale

Jack Kirby est né Jacob Kurtzberg le 28 Aout 1917. Il est issu d’une famille d’immigrés juifs autrichiens. Il grandit dans un milieu pauvre, la crise de 29 est passée par là et son père s’est retrouvé sans emploi. Il est souvent confronté à la misère et à la violence de rue.

Très tôt, grâce à une association dans son école, il se met à dessiner. Il réalise des comic strips et se fait engager aux studios Fleischer pour réaliser des dessins transitoires dans les dessins animés (surtout Popeye). Il quitte cette entreprise pour se consacrer aux strips pour diverses maisons d’éditions, sous contrat ou en free-lance.

En 1940 sortent dans comics Crash Comics Adventures ses premières pages de Comic Books. Il a déjà fait la rencontre de Joe Simon et décide de s’associer avec lui.

Jack Kirby et Joe Simon

Dès lors vous décrire l’histoire éditoriale de Kirby me prendrait des heures, je m’en vais donc vous faire une version abrégée, procurez-vous une biographie pour plus de détails. Joe Simon et lui créent Captain America chez Timely Comics (qui deviendra Marvel) et réalisent des comics patriotique. Plus tard Kirby cessera de travailler avec Simon (bien qu’ils restent en bon terme), et ira dessiner alternativement chez DC et chez Marvel. Chez cette dernière il entre en collaboration avec Stan Lee et fera les belles années de la Maison des Idées. Pourtant ses relations avec Marvel sont difficiles, à cause de disputes autour de droits d’auteur.

En chemin il a aussi créé le genre des Comics de Romance, a noué une belle histoire d’amitié avec Simon (il ont installé leurs familles l’une en face de l’autre), et a acquis le titre de The King (ou « Roi des Comics » de par chez nous), tant sa réputation et sa popularité était forte, et ceux malgré les discriminations antisémites dont il a été victime toute sa vie.

Maintenant que les présentations ont été faites, je vous propose de vous plonger dans la galerie de dessins par Jack Kirby que je vous ai composée !


Trouver un dessinateur pour cet épisode n’a pas été chose facile. En effet la barre avait été mise très haute, notamment par Enki Bilal et François Schuiten. Mais je me suis rendu compte que je n’avais pas encore parlé de comics, alors que c’est le penchant le plus « Geek » de la bande-dessiné. J’admire nombre de dessinateurs de comics, mais il me semblait absurde de ne pas traiter de Jack Kirby en premier.

Analyse de la Galerie

J’ai mis dans cette galerie des planches entières et des couvertures, et même des dessins en noir et blanc. C’est, pour moi, très important pour apprécier pleinement le talent de Jack Kirby. Ce n’est pas un illustrateur, c’est un dessinateur de comics et un auteur de comics. Composer une galerie seulement avec des pleines pages ou des doubles pages n’aurait pas fait honneur à ses talents en matière de composition de pages. En parcourant ces pages du regard on est frappé par la fluidité et du dynamisme. Il n’existe pas une page de Kirby qui ne soit pas claire et parfaitement lisible en un coup d’œil !

Kirby joue également habillement avec les valeurs de plan (tant et si bien que je suis obligé d’emprunter des termes au langage cinématographique) d’une manière qu’on voit rarement dans la bande-dessiné, même dans les comics. Il fait des très gros plans soulignant l’émotion des personnages, et des plans très lointains les rendant minuscules dans le décor (Kirby rend très bien le gigantisme).

Remarquons Enfin son trait épais, net et affirmé, ses personnages toujours dans des mouvements exagérés et ses couleurs vives, autant de composantes qui ont véritablement caractérisé la fin du Golden Age et tout le Silver Age de Comic Book.

La Méthode Marvel

Enfin, car il faut rendre à César ce qui est à César, je me dois de briser un mythe : Stan Lee, que l’on qualifie souvent comme LE grand génie de chez Marvel, est un escroc.
C’est l’occasion rêvée pour vous parler de « la méthode Marvel ». C’est une façon de travailler inventée et pratiquée par Stan Lee dans laquelle le scénariste ne donne qu’une vague trame et une description brève des personnages et c’est le dessinateur qui devait développer et penser l’histoire case par case. Puis Stan Lee remplissait les phylactères. Le rôle de Jack Kirby dans les chefs d’œuvre de Marvel de cette époque est donc encore plus important qu’on ne le croit.

Conclusion

On est donc face à un personnage historique pour les comics et un grand génie de la Bande-Dessinée d’action. Jack Kirby est un dessinateur à ne jamais oublier et à coup sûr un grand artiste.

Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille « Jack Kirby, le Super-Héros de la bande dessinée », une biographie illustré ou, bien évidement toutes les anthologies que vous pourriez trouver, que celles de chez Marvel ou de chez Urban Comics.